Le quatrième âge

par Laurent L'Écuyer


Article paru dans la revue Cheminement de juillet/août 2007


Comme il nous est facile de le constater, la vie physique comporte des étapes, des âges.  Pour nous les humains, elle commence à la conception et se termine à la mort.  Mais, entre ces deux limites, nous expérimentons un parcours qu’on pourrait diviser en plusieurs étapes répondant à différentes façons de vivre.  Ce sont les âges de la vie. 

Habituellement, on parle de la jeunesse, de l’âge adulte et de la vieillesse comme étant les trois âges de la vie dont l’aboutissement est la mort.  Mais, il en existe un autre qui vient donner un sens à cette vie sur terre, qui vient parfaire l’expérience que nous y vivons. 

En effet, il y a plus dans ce parcours humain que grandir, travailler et dépérir.  Pourquoi faudrait-il nécessairement terminer notre cheminement terrestre par la maladie, la dégénérescence et la sénilité?  Après le 3e âge existe un 4e, un âge de sagesse et de libération. 

Le 1er âge – la jeunesse – constitue la préparation à la vie adulte.  C’est la vie intra-utérine, l’enfance et l’adolescence.  C’est la base sur laquelle nous allons édifier toute notre vie; c’est la découverte, l’apprentissage.  On explore le monde en construisant son corps, en découvrant ses possibilités et en prenant conscience de son appartenance à l’univers. 

Le 2e âge – l’âge adulte – est une étape d’expansion, d’extériorisation.  C’est l’époque du travail, de la socialisation, de l’accomplissement du rôle qu’on s’est donné.  Élever sa famille, participer au bien commun et, à travers ces expériences, devenir de plus en plus mature. 

Le 3e âge – la vieillesse – est ce qu’on appelle abusivement l’âge d’or, une étape d’intériorisation et de contraction.  C’est le temps de la retraite où on se retire de la vie active, où on devient de plus en plus seul.  C’est une belle période de retour vers soi et de compréhension mais aussi une période de maladie et d’affaiblissement physique plus ou moins grand selon le genre de vie qu’on a mené.  Idéalement, cette étape devrait s’achever dans la sérénité, mais ce n’est pas toujours le cas. 

Le 4e âge – qu’on pourrait appeler l’accomplissement ou la réalisation – est l’âge de cristal, l’étape de la libération et non de la dégénérescence comme on le pense habituellement.  C’est la dernière étape, celle de l’intégration de tout ce qu’on a vécu.  C’est par cette intégration qu’on réalise le véritable sens de sa vie et qu’on s’accomplit totalement.  On acquiert ainsi la sagesse conduisant à la libération totale de toutes limitations. 

Les deux premiers âges ont une action centrifuge de conscience et d’union à l’univers extérieur tandis que les deux derniers ont une action centripète de conscience et d’union à l’univers à l’intérieur de nous, à notre être véritable. 

Beaucoup meurent avant d’avoir atteint le 3e âge et presque tous n’atteignent pas le 4e.  Ceux et celles qui y parviennent deviennent des maîtres et des exemples à suivre.  Plusieurs vont demeurer enfants ou adolescents toute leur vie alors que d’autres seront matures et sages tout en étant encore dans l’enfance ou l’adolescence.  Certains vont continuer d’être actifs socialement pendant leur vieillesse et quelques uns vont s’assagir sans pour autant parvenir à la pleine libération.  Ceux et celles, rarissimes, qui y parviendront auront réussi à maîtriser leur vie parfaitement.  En ouvrant leur cœur et leur esprit à l’amour et à l’authenticité, ces êtres auront su exprimer pleinement leur potentiel divin. 

Je vous souhaite de vivre ce 4e âge et de vous épanouir en pleine conscience et en parfaite santé.  Selon moi, conscience et santé sont synonymes et l’une ne va pas sans l’autre.  Et comme le disait si bien le sage Tarthang Tulku,  

« Parfaite santé et plein éveil sont en réalité la même chose. »

 

Institut de vie parfaite Accueil                     Retour Page précédente