La responsabilité de la presse

par Laurent L'Écuyer


Lettre ouverte aux journalistes en date du 11 novembre 2009


La liberté sous-entend la responsabilité.

Voici l'équation : Si nous sommes libres, nous avons le choix de penser, de dire et de faire ce que nous voulons. Si nous avons le choix, nous sommes responsables de nos choix et des conséquences de ceux-ci, quelles qu'elles soient . Si nous sommes responsables, nous devons en assumer les conséquences, c'est à dire récolter ce que nous avons semé.

Je suis un citoyen ordinaire. Je ne suis ni médecin, ni avocat, ni politicien, ni journaliste. Mais en tant que citoyen, je pense que j'ai droit à l'information juste, à la vérité. Par définition, un citoyen est membre de la cité; sans citoyens, pas de cité, pas de droits, pas de devoirs. En contrepartie du don de mon travail pour l'avancement de la société, j'ai droit entre autres à l'information juste, à la vérité.

Or, voici qu'au lieu de recevoir ce à quoi j'ai droit, je reçois un amalgame d'informations biaisées, très éloignées de l'intégrité et de la vérité; des informations fausses mêlées à d'autres qui sont réelles, des informations déformées, des camouflages, des exagérations, des omissions volontaires.

Je n'accuse ici personne mais je me sens lésé. Mon droit d'être informé est bafoué, nié, ridiculisé.

Prenons ce qui fait présentement la une des médias : la grippe A(H1N1). De manière générale, pourquoi ne parle-t-on pas de ce qui se passe en ce moment en Ukraine ? Pourquoi ne donne-t-on pas la parole aux opposants à la vaccination ? Pourquoi ne commente-t-on pas les résultats de recherches scientifiques montrant le danger et l'inefficacité des vaccins ? Pourquoi appuie-t-on sans réserve la vaccination alors qu'on sait très bien que les vaccins contiennent des poisons possiblement très dommageables, voire mortels ? Pourquoi ne parle-t-on pas des effets dangereux et des nombreuses victimes du vaccin ? Pourquoi minimise-t-on l'importance de certains faits (ou les cache-t-on tout simplement) alors qu'on amplifie certains autres ? Notez que j'ai bien dit "de manière générale".

Je crois que cela s'appelle de la manipulation de l'information ou de la désinformation. L'article 44 de la Charte des droits et libertés de la personne stipule que "Toute personne a droit à l'information, dans la mesure prévue par la loi." Une information biaisée n'est pas une véritable information.

Chers amis journalistes, se pourrait-il que vous n'ayez pas la liberté d'expression ? Ou bien que vous l'ayez mais que vous ne l'utilisiez pas ? C'est plutôt cela à mon avis. C'est certainement une bonne façon de se soustraire à sa responsabilité de messager de l'information juste, à sa responsabilité d'expression. En échange d'une certaine sécurité, on sacrifie sa liberté et la vérité. Par chance, il en reste quelques uns qui sont intègres et responsables. J'espère que vous en faites partie.

Malheureusement -- ou heureusement --, personne ne peut nier sa responsabilité car elle découle des choix qu'on a faits. On est toujours responsable de ses choix, quels qu'ils soient, et les conséquences, agréables ou désagréables, sont là pour qu'on s'en souvienne.

La liberté de la presse sous-entend la responsabilité de la presse.

Cordialement,

Laurent L'Écuyer
Québec

 

Institut de vie parfaite Accueil                     Retour Page précédente